Une filière née sous le signe de la Recherche

la culture des olÉagineux et des protÉagineux en France se dÉveloppe dans les annÉes 60 et 70
1957 création du CETIOM
 
 
Première innovation : une filière créée de toute pièce par nécessité
 
Du XIXe siècle à l’après-guerre, les Français tendent à consommer de plus en plus d'huiles importées (l'arachide par exemple). Pendant la guerre, la pénurie mène à la constitution d'un groupe interprofessionnel des oléagineux métropolitains. La France doit trouver des alternatives pour nourrir le pays. En 1957, le CETIOM est créé. Sa mission : élaborer des solutions pour développer la culture des oléagineux.
 
tracteur dans un champs en noir et blanc
 
En 1973, l’embargo américain sur le soja, dont la France dépend pour alimenter les élevages, signe le lancement par les Pouvoirs publics du Plan Protéines, incluant un pan de R&D important pour améliorer le rendement des protéagineux. La culture du pois est un des premiers axes de développement.

10 ans après : les oléagineux et protéagineux sont cultivés dans toutes les régions françaises !

COLZAcolza

 10 000 ha en 1939, 100 000 ha en 1960 à
 1 500 000 ha en 2006 !

 

fleur de tournesol

TOURNESOL

 De 30 000 ha en 1980, à plus de 1 000 000 ha en 1987 : un développement spectaculaire ! 

 

lupin

    Pois

    15 000 ha de pois au milieu du XXe siècle,      118 000 ha en 2014 !

 

 

L'amélioration des plantes : premier enjeu des chercheurs

développer le rendement des plantes pour nourrir la population
1969 innovation majeure à l'inra

1969 : mise en évidence à l’INRA, d'une stérilité mâle cytoplasmique, désormais utilisée dans le monde entier

 

Cette découverte a permis de produire et de sélectionner des hybrides. Chaque parent de l'hybride apporte des caractères intéressants et singuliers. Ce travail d'hybridation permet d'améliorer le rendement de la plante obtenue de 10 à 20% par rapport à ses parents.

 

 Résultat des recherches

 

Des plantes plus résistantes aux maladies, nécessitant peu de traitements chimiques, et un rendement amélioré permettant de nourrir plus de monde avec moins de terres

merci la recherche agronomique

 

Des huiles à la composition plus avantageuse en acides gras essentiels ou résistant mieux à la cuisson (ex : l’huile de tournesol oléique : 50% du marché)

 

 

 

La filière aujourd'hui : un champ d'innovation permanent

Des agriculteurs À la pointe de la technologie
Bienvenue dans le 21eme siecle
 
 
 
Applications nomades pour mieux doser l’azote
appli nomade
 
La réglette du CETIOM, disponible sur smartphone, indique aux agriculteurs comment doser au mieux l’engrais, parcelle par parcelle, région par région, selon la biomasse mesurée en sortie d'hiver et l’objectif de rendement visé.
 
 
 
Images satellite pour piloter la croissance des plantes

image satellite

Fruit d'une collaboration CETIOM AIRBUS, "FARMASTAR" analyse via satellite 300 000 ha de colza, pour indiquer aux agriculteurs comment prendre les bonnes décisions au bon moment.
Drônes pour contrôler au plus près la croissance des plantes
drone
 
Ces drônes permettent de passer sous la couche nuageuse et de s’approcher des cultures pour voir les plantes au centimètre près.
Développement d'une diversité de plantes oléagineuses
plante haute qualite
 
Telle la cameline, qui produit une huile à usage alimentaire et utilisée également pour les nouveaux usages de la vie courante : beauté... Cerise sur le gâteau, cette plante peut s’insérer dans les plans de rotation entre deux autres cultures !

Et des milliers d'applications qui améliorent nos quotidiens

De l'Énergie renouvelable À la chimie du vÉgÉtal, en attendant les bioraffineries du futur
l'energie renouvelable diester
L’invention du biodiesel Diester
 
Premier coup de génie de la filière, ce biocarburant issu de la transformation des huiles brutes de colza et de tournesol cultivées sur des terres laissées en friche pour la PAC (Politique Agricole Commune), permet à la France de lutter contre ses émissions de gaz à effet de serre.
Renouvelable à 90%, moins polluant, le Diester fait rouler aujourd’hui 24 millions de véhicules en France
 

diester le diesel vertIncorporé à hauteur de 8% dans le carburant de toutes les voitures diesel en France
 
et à 30% pour les flottes de bus de certaines collectivités.

 

Et demain ?

Les biodiesel de 2ème génération, grâce à un ambitieux programme de R&D lancé par la filière
  • Développement d’une chaîne de production de gazole et kérosène de synthèse
  • Développement de procédés de fabrication d’un diesel encore plus vert à partir de résidus agricoles et de déchets forestiers
la chimie du vegetal
Des innovations filière offrant une alternative plus écologique à la pétrochimie
  • Après transformation, les huiles brutes d’oléagineux sont utilisées pour leur qualité de solvant dans les peintures et les encres, ou comme lubrifiants biodégradables pour les engins forestiers. 
     
  • Les glycérines issues de ces transformations sont aussi plébiscitées par l’industrie cosmétique, pour leurs propriétés hydratantes et émollientes dans les crèmes de beauté, mais aussi pour les tensio-actifs qu’elles contiennent, indispensables aux savons et produits d’entretien.
     
  • Dans l’alimentaire, les oléagineux sont utilisés comme additifs dans les chewing-gum pour qu’ils ne collent pas aux dents, ou dans les barres chocolatées pour les rendre plus appétissantes. Ou encore comme excipients pour les médicaments.
     
  • Les protéagineux ne sont pas en reste, la protéine, comme celle du pois, peut entrer dans la composition de crèmes pour un joli teint mais aussi... d'adhésif !

Et demain ?

De nombreuses applications attendues aux procédés biotechnologiques qui permettent de décomposer la cellulose des pailles d’oléagineux en glucose, puis, grâce à l’action de micro-organismes, en matières grasses pour la chimie de spécialité.

le futur 0 déchet 0 perte d'energie

 

comme un pivert ?

Picardie Innovation Végétales,
Enseignements et recherches
Technologiques
Vers les bio-raffineries oléagineuses du futur
 
But ultime : trouver une application à toutes les parties des plantes, nobles ou moins nobles, valoriser les résidus,  récupérer l’énergie générée lors de la transformation, et ce à tous les niveaux de la filière, et dans une dimension territoriale : on parle d'éco-conception et d'éco-responsabilité !
  • Ainsi des huileries produisant des tourteaux de tournesol décortiqué, dont la coque peut servir à produire de l’énergie renouvelable et couvrir les besoins de l'usine. On réduit sa consommation d'énergie et on limite ainsi les rejets de gaz à effet de serre.
     
  • Ainsi des biocarburants de 2ème génération, fabriqués à partir de la paille des oléagineux, qui dans le futur remplaceront les matières fossiles.
     
  • Ainsi des bio-raffineries oléagineuses du futur, dont les sous-produits de certaines activités serviront de matières premières à d’autres activités, et dont l’eau et l’énergie seront recyclées.
     
  • Ainsi de l’Institut P.I.V.E.R.T. en Picardie, fer de lance de cette dynamique de R&D : créé en 2013 à l’initiative de la filière OléoPro, il rassemble 150 chercheurs réunis pour tirer le meilleur des plantes et rendre nos industries encore plus performantes.
pour respecter le travail de l'agriculteur jusqu'au bout

Et demain ?

  • une filière plus compétitive et plus économe en énergie
  • des débouchés durables pour l’agriculture française
  • des territoires réindustrialisés et dynamisés
  • de nouveaux emplois